Portrait de Karim, élève du CQP Boucheries André

Karim, 27 ans, nous raconte ses premiers mois au sein de la formation CQP Boucheries André et de l’équipe de Villefranche-sur-Saône.

Racontez-nous votre parcours professionnel en bref ?

Après plusieurs expériences dans de nombreux domaines (Livreur, Pizzaiolo…) j’ai décidé de revenir à mes fondamentaux : la boucherie. J’avais suivi une formation de CAP Boucher en alternance, il y a presque dix ans maintenant et je m’étais un peu éloigné de ce milieu. En 2012, j’avais retrouvé les sensations de mes débuts en travaillant plus d’un an dans l’atelier de découpe du groupe Boucheries André, au sein de l’équipe désossage. Et puis, les aléas du quotidien m’ont fait de nouveau quitter cet environnement que j’aimais beaucoup. Quand je suis tombé sur l’annonce de recrutement pour le CQP, je n’ai pas hésité avant de postuler.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de devenir boucher ?

Moi, c’est vraiment le contact avec la matière qui me plait. J’adore désosser les carcasses quand elles arrivent le matin. Je suis dans mon élément et c’est là où je me sens à ma place.

Pourquoi le CQP Boucheries André ?

Lors de mon expérience à l’atelier, le groupe Boucheries André a subit un évènement terrible qui a bousculé notre travail au quotidien, l’incendie du site de production. Nous avons donc prêté main forte aux équipes et nous préparions les carcasses directement dans les laboratoires de chaque magasin. Cette expérience m’a montré une autre facette de ce métier et j’ai bien accroché avec ce nouvel environnement de travail. Le CQP me permettait de renouer avec ce milieu, tout en suivant une formation qualifiante, avec un emploi à la clé, c’était la stabilité dont j’avais besoin !

Quelles sont vos attentes, vos envies ?

A la fin de cette formation, j’aimerais pouvoir être plus à l’aise pour renseigner les clients car ce n’est pas mon point fort ! J’essaye de retenir tous les conseils de cuisson et de préparation que donne l’équipe de Villefranche aux clients, afin de pouvoir les guider à mon tour, mais ce n’est pas si facile qu’on le pense… 

Vous avez choisi de nous partager la recette du carry de poulet à la réunionnaise, pourquoi ce choix ? 

Il y a quelques années j’ai eu la chance de passer deux mois à la réunion, j’en ai gardé un bon souvenir, surtout pour la cuisine et en particulier pour ma recette préférée, le carry de poulet…

Découvrez la recette de Karim ici

Karim